En main event de l’UFC Londres, Darren Till s’est fait surprendre sur ses terres, par un Jorge Masvidal en état de grâce. Désormais, le Britannique va devoir se reconstruire avant de remettre les pieds dans l’octogone.

UFC Londres – Masvidal vs Till

Le samedi 16 mars dernier, à l’O2 Arena de Londres, tout un peuple s’était déplacé pour assister au quatrième main event de la jeune carrière de Darren Till. Après une défaite contre Tyron Woodley pour le compte de la ceinture de la catégorie des welters, celui que l’on surnomme ‘The Gorilla’ comptait bien se relancer devant les siens, dans la course au titre chez les moins de 170 livres. Face à Jorge Masvidal, Till va même rapidement faire lever les siens, en envoyant l’Américain au tapis dès les premières secondes de combat.

La suite est malheureusement connue de tous. Lors,du deuxième round, Masvidal va littéralement mettre au pas les 16 000 spectateurs londoniens. Sur une merveille de crochet du gauche, ‘Gamebred’ va éteindre les lumières du Britannique, qui se retrouve « out cold » pour la toute première fois de sa carrière. De cette défaite, Darren Till devra tirer certaines conclusions s’il veut espérer un jour porter autour de la taille la prestigieuse ceinture de l’UFC.

Après une semaine dans les montagnes canadiennes pour digérer cette déconvenue, le jeune Britannique a enfin donné de ses nouvelles cette semaine via son compte Instagram, où dans un style toujours très agressif, il a renouvelé ses grandes ambitions : «Samedi dernier a été une soirée difficile pour moi, face à un adversaire solide, Jorge Masvidal. Le Fight Game est périlleux. Je dois maintenant me reconcentrer. J’ai l’impression de m’être perdu cette dernière année et de ne pas avoir réussi à me concentrer. Je reviendrai différent. Je vais dominer le game pour les années à venir ».

Darren Till a-t-il les qualités nécessaires pour régner sur le game d’une main de fer dans un gant de quatre onces ? Oui. Cependant, possède-t-il la capacité à se remettre en question ? Nous ne le savons pas encore. Si le Britannique reste l’un des meilleurs strikers de l’UFC, il va falloir revoir l’aspect tactique avant de remonter dans l’octogone. En effet, si le bras arrière de Darren Till est une arme de destruction massive, il est désormais bien trop prévisible. Malgré une palette de skills bien affûtée dû à ses années d’entraînement en Muay Thaï, Till s’entête à rester sur la même combinaison une fois dans l’octogone, le 1-2. Un ou deux jabs du bras avant, dans le but de masquer l’arrivée de son bras arrière. Efficace, mais plus surprenant.

S’il ne se remet pas en question, le gameplan de ses prochains adversaires risque d’être sensiblement similaires. Laisser passer l’orage du premier round, se tenir à distance du bras arrière du Britannique, et attendre la faille. C’est la raison pour laquelle le natif de Liverpool devra nous prouver lors de son grand retour qu’il peut nous proposer autre chose qu’une seule combinaison, désormais bien trop prévisible.